Je suis une épicurienne ! Oui, je le sais… !

Avec Lsdp c’est la LIBERTÉ !!
Avec Lsdp, je mange n’importe quoi, tant que je suis dans les quotas, et c’est EXTRA !
Avec Lsdp, je mange ce que j’ai envie, et je maigris !! YOUPI !!!!
YOUPI !! YOUPI !! YOUP… ! You… euh… pi euh…
Et bien non. Pas vraiment….

En fait, en ce moment, j’ai de la chance avec ma balance, mais je ne sais pas pourquoi, c’est ma tête qui ne va pas. Je perds dehors, mais pas dedans….
Je perds mon gras, mais pas par là…
Je ne sais pas vraiment, en fait, si je suis si fière de moi…
Un Mac Do par-ci, une tartine de Nutella par là, la moitié de la Forêt Noire (personne en voulait, j’allais pas la gâcher!), et ce petit dej’ de folie dimanche matin (à 792 kcal). M’en fiche, j’étais dans les quotas !

En fait… je crois… que je ne m’en fiche pas tant que ça…

Où je vais aller là, comme ça, à manger n’importe quoi ?
Mon corps perd, il est heureux. Mais moi, le suis-je vraiment… ?
Et mon corps… Hey mon corps ? Tu es sûr que tu es heureux, en digérant ta tartine de Nutella ?

Et bien moi… là au fond, tout au fond de moi… non, je ne crois pas.
Oh attention, je ne culpabilise pas ! Des mois et des mois que je ne fais plus ça !
Juste que là, je m’arrête un peu, et me demande, ce qui au fond est le mieux pour moi.
Entre RAISON et PLAISIR, je m’y perds un peu…

Alors je me dis, qu’à partir d’aujourd’hui, je vais commencer à y réfléchir… un petit peu. Et me demander pour quoi je mange?
Je mange pour respecter mon corps, parce qu’il en a besoin pour vivre.
Tout le temps ? …. Non, parfois je mange pour le plaisir …
Je suis une épicurienne. Mais les épicuriens ne prônent pas le n’importe quoi. Le plaisir épicurien se doit d’être naturel, et nécessaire.

Ma tartine de Nutella est-elle un plaisir ? Oui.
Ma tartine de Nutella, m’est-elle nécessaire ? Non.
A moi de faire la part des choses, et de manger EN TOUTE CONSCIENCE DE CE QUE JE FAIS.

Je sais que
– Je peux nourrir mon esprit (la plaisir)
– Je peux nourrir mon corps (la nécessité)
Oui, je le sais…

Abordez la méthode avec tout le plaisir et la liberté qu’elle vous offre.
Mais faites le avec la PLEINE CONSCIENCE de ce que vous faites.
Avec SAVOIR, et COMPRÉHENSION. ..

**********************************************************************************************
« J’aimerais que chacun comprenne qu’il ne peut compter que sur lui-même, qu’il est responsable de sa personne, que le corps dont il dispose, doit être géré comme n’importe quel autre bien. »
C. Kousmine

Tsaddelia

Publicités

Quand la balance est une menteuse…

Plus d’une semaine sans perdre un gramme…. et là c’est le drame…!
Alors je fouine dans les fichiers du groupe, et je vois qu’il est normal de stagner parfois, que ce n’est pas forcément un palier. Bon ok, déjà, je suis rassurée.
Puis on me dit de manger équilibré, de varier mes quotas, de ne plus culpabiliser… non mais vous m’avez bien regardée? Qu’est ce que vous croyez que je fais depuis des jours? Je compte, je pèse, je me fais plaisir, avec rigueur, modération et variation, je fais super attention! Je ne pense qu’à ça!
Alors, alors, alors? Je fais quoi de tout ça moi?
Alors, debout dans ma salle de bain, j’hésite entre m’assoir en pleurant toutes les larmes de mon corps (au moins ça me fera perdre quelques grammes), jeter ma balance par la fenêtre en lui disant toute ma haine, reprendre un abonnement régime à 149 euros par mois, ou aller m’acheter une tonne de cuisses de dinde/fromage blanc/steak haché et jeter mes légumes, mes Granolas et mes Mojitos sur le chemin aérien de ma balance?

J’hésite, je me calme, je tourne la tête…. et là… je croise mon reflet furtif sortant de la salle de bain, dans la glace. Incrédule je stoppe. Je recule. Encore un peu… Me voilà face à moi… Et là… ET LA !!! ! J’entraperçois la courbe de mes épaules, mes bras ne plissent plus, le gras de mon bidon ne dépasse plus de mon pantalon, des petits millimètres de rien, de rien du tout que personne ne voit. Mais moi je les vois, je le sais, je ne vois que ça. J’AI FONDU !!!! De partout, mon corps retrouve des courbes harmonieuses et presque délicieuses. Des creux, des valons, des veloutés d’ombres et de contours. Ma peau est moins rouge. Mon visage s’est affiné.
Pendant que ma balance fige comme une banane écrasée, mon corps lui continue d’avancer ! Je ne perds pas de poids, mais les centimètres qui m’entourent disparaissent un à un! Au rythme de mes journées, trop figée sur les chiffres funambules de mes pesées névrosées, je n’y avais même pas prêté attention!

Et voilà, mais oui voilà! J’ai compris. Mon corps je t’ai compris! Je savais que tu ne me lâcherais pas! Je savais que je pouvais avoir confiance en toi !
Oui j’ai compris…. j’ai entendu ton message…
Aller, toi et moi, c’est promis, on continue comme ça

Tsaddelia  Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

Quand j’ai commencé à m’aimer – de Tim Universel.

« Quand j’ai commencé à m’aimer,
j’ai compris que j’étais toujours et dans toutes les opportunités qui m’étaient données
au bon endroit au bon moment.
Et j’ai compris que tout ce qui se passe est juste –
à partir de là, j’ai pu être calme.
Aujourd’hui je sais : cela s’appelle CONFIANCE

Quand j’ai commencé à m’aimer
j’ai compris combien je peux offenser quelqu’un
quand j’essaye de lui imposer mes désirs
même si je sais que ce n’est pas le bon moment et que cette personne
n’est pas prête pour cela. Et même si cette personne est moi-même.
Aujourd’hui, je sais : cela s’appelle RESPECT

Quand j’ai commencé à m’aimer
j’ai pu reconnaître que la douleur et la peine émotionnelles
sont juste des rappels pour que je ne vive pas à l’encontre de ma propre vérité.
Aujourd’hui, je sais : cela s’appelle ETRE AUTHENTIQUE

Quand j’ai commencé à m’aimer
j’ai arrêté de rêver d’une autre vie et j’ai pu voir que
tout autour de moi était une requête de croissance.
Aujourd’hui, je sais : cela s’appelle MATURITE

suzanne-woolcott-2

Quand j’ai commencé à m’aimer
j’ai arrêté de me priver de mon temps libre et j’ai
arrêté d’ébaucher plus de magnifiques projets pour le futur.
Aujourd’hui je ne fais que ce qui m’amuse et m’apporte de la joie,
ce que j’aime et qui fait rire mon coeur,
à ma façon et selon mon rythme.
Aujourd’hui je sais : cela s’appelle HONNETETE

Quand j’ai commencé à m’aimer
je me suis échappé de tout ce qui n’était pas sain pour moi,
des plats, des gens, des choses, des situations
et de tout ce qui me tire vers le bas et m’écarte de moi même.
Au début j’appelais cela de l’ « égoïsme sain »
Mais aujourd’hui, je sais : cela s’appelle AMOUR DE SOI

Quand j’ai commencé à m’aimer
j’ai arrêté de toujours vouloir avoir raison
par conséquent je me suis moins trompé.
Aujourd’hui, je l’ai reconnu : cela s’appelle HUMILITE

Quand j’ai commencé à m’aimer
j’ai refusé de vivre plus enfoncé dans le passé et de m’inquiéter de mon futur.
Maintenant je vis seulement en ce moment où TOUT prend place,
Ainsi je vis chaque jour et j’appelle cela CONSCIENCE

Quand j’ai commencé à m’aimer
j’ai reconnu que ma pensée
pouvait me rendre misérable et malade.
Quand j’ai fait appel aux forces de mon coeur
mon esprit a obtenu un partenaire d’importance.
Aujourd’hui j’appelle cette connexion : SAGESSE DU COEUR

Nous n’avons pas besoin de craindre d’autres discussions,
d’autres conflits et problèmes avec nous-mêmes et avec d’autres
puisque même les étoiles se télescopent parfois
et créent de nouveaux mondes.
Aujourd’hui je sais : C’EST CA LA VIE » 🙂

Tim Universel

Palier or not Palier?

gorjuss09898

Palier or not palier
Les bonnes questions

Pour répondre à de nombreuses questions que je peux avoir en MP, je me permets de vous rappeler certaines petites choses 🙂
Avant de tirer la sonnette d’alarme, posez-vous la bonne question : est-ce vraiment un palier ? Mettre en place le protocole du « cassage de palier » peut s’avérer inutile. Parfois le corps nous transmet d’autres signaux qui ne sont pas forcément liés à la balance.
Savoir écouter son corps et ses appels, savoir lire en lui cela s’apprend. Et pour cela, posez-vous d’abord les questions suivantes :

• Depuis combien de temps je fais la méthode ?
Un palier n’intervient jamais au début de la méthode, mais plus tard, lorsque le corps a déjà perdu quelques kilos.

• Ai-je bien pris mes mesures ?
Parfois le corps cède les cm aux dépends des kilos. Au lieu de perdre du poids, vous fondez comme neige au soleil. Profitant de cette courte pose, votre peau se retend, votre taille s’affine, vos jambes s’harmonisent. Toutes vos cellules réorganisent leur périmètre de vie, votre corps retrouve sa place et adapte ses nouveaux contours à votre route.
Trouvez un vêtement témoin et comparez.
Laissez-lui le temps de respirer et de réfléchir. Laissez-lui le temps de vivre lui aussi à son rythme.

• Ai-je fait récemment de hauts quotas (plus de 2000kcal) ?
Et oui car parfois, il peut être difficile pour le corps de se remettre de tout ça. Surtout si de panique, on enchaine les cassages de paliers avortés… des week-ends de gourmandises, etc. La moyenne hebdomadaire semble impeccable, et pourtant… Votre corps tourbillonne, grisé par le plaisir. Il ralentit la perte pour mieux en profiter, et vous aussi… Alors laissez-le en profiter un peu. Il vous en remerciera.
Et arrêtez de vous peser le lundi ^^

• Mes quotas ne sont-ils pas trop bas ?
On pense perdre plus vite avec de bas quotas. Moins je mange, et plus je maigris, logique non ?
Et bien non. A trop se restreindre le corps stocke au moindre écart. Il ne vous le pardonne pas. La moindre sucrerie devient réserve de secours pour ce corps endolorie par la frustration et le manque. Il ne lâchera rien tant qu’il ne sera pas rassuré. Les hauts quotas (1450/1550kcal) le rassurent, et l’aident à reprendre confiance en lui, et en vous.
Pas que, bien sur. Il faut varier si vous en avez besoin. Mais ils sont nécessaires pour perdre harmonieusement.

• Mon sommeil est-il réparateur ?
Notre vie parfois difficile le jour, se prolonge aussi la nuit. Des nuits trop courtes, agitées, peut-être décalées, irrégulières, ou inexistantes, freinent la perte de poids.
Que vos nuits soient impeccables, du mieux que vous pouvez, et votre balance vous remerciera.

• Et mes journées dans tout ça ?
Vos journées sont-elles sereines ?
Parce que oui, le stress fait grossir comme on dit. Les soucis, les angoisses envahissent notre esprit autant que notre corps.
Et la perte de poids freine, s’arrête, pour faire place à la gestion des émotions. Le corps ne peut pas tout gérer en même temps.
Le jour où tout s’apaisera, même un petit peu, il libèrera vos angoisses, autant que vos kilos.

• Est-ce que je fais du sport ?
Le sport ne peut que vous être bénéfique bien sur. Mais à haute dose et avec endurance, il ce peut qu’il freine la perte. Le muscle remplace la graisse, votre corps se sculpte mais ne mincit pas. Ce n’est qu’une question de temps pour qu’il trouve son rythme et son équilibre. Et que l’énergie nécessaire soit puisée à sa source ( la graisse) plus rapidement.

• Et l’eau et l’eau ?
# Est-ce que je bois suffisamment ? 1 litre et demi d’eau par jour sont nécessaire au bon fonctionnement des organes et au renouvellement cellulaire, et aide à éliminer.
# Suis-je sujet(te) à la rétention d’eau ? Demandez conseil à votre médecin, seul lui pourra répondre aux éventuels doutes qui se lèveraient devant vous.

• Est-ce que j’arrive à lâcher-prise ?
Vous êtes du genre à programmer vos quotas trois jours à l’avance. Vous comptez à chaque bouchée le nombre de calories avalées. Vous réfléchissez, vous culpabilisez. Vous avez tellement envie de perdre que tout le temps vous y pensez. Alors la peur de mal faire, de dépasser les quotas, la culpabilité devant une mousse au chocolat, tout ça vous empêchent de lâcher et de vous sentir sereine devant votre assiette.
Lâchez-prise, arrêtez de réfléchir. Faites des repas sans compter, juste pour le plaisir (rassurez-vous, à 20h00 Flo se chargera de vous rappeler de tout rentrer), sans y penser évoluez tout au long de la journée.

Et faites confiance en la méthode, autant qu’en vous-même.
Votre corps s’adaptera à vos projets, vos journées, vos désirs, et il cèdera.

Kissoux
Tsaddelia  Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

Parce qu’on aura toujours une excuse…

… oui, toujours une bonne excuse…

Notre anniversaire, ou celui d’un ami
un resto avec les copines,
une invitation café/gâteaux de dernière minute
les chouquettes au bureau
le gouté des enfants
l’ennui
la faim de 10h
la faim de 17h
la faim de 22h
la déprime
la solitude
l’euphorie
nos put**** de névroses
les impôts
la dernière cigarette
une séparation
des retrouvailles
la jalousie
la gourmandise
les restes à finir
il ne rentrera pas ce soir….
et demain non plus
le premier jour des vacances
le derniers jour des vacances
les fêtes de Noël (nouvel an, Pâques, la Bar Mitsva du petit, le baptême du dernier, le mariage du cousin, etc. )
les copains qui débarquent avec un Kouin Haman
la dernière recette de fondant de la copine
le foutu pour foutu
l’odeur du pain grillé…

Et OUI !!
Oui on aura toujours une excuse ! Une excuse pour exploser notre quota !TOUJOURS !
On accuse les aléas, les accumulations, les enchainements….

suzanne_woolcott

Alors qu’on a le choix !
Soit on accumule, on râle, on pestifère, on maudit, on culpabilise, on pleure, on n’y arrivera pas, on n’y arrivera jamais. De toute façon on restera toujours comme ça, parce qu’on n’est pas fait pour ça. Le bonheur c’est pas pour moi….
SOIT ! (Et c’est là que vous êtes sensées être pendues à mes lèvres, j’adoooore….)
Soit on se dit qu’il faut bien faire avec, ou pas. Oui on a le choix ! Celui de dire non, de garder pour demain. Ou bien de manger et d’accepter, et dans les jours prochains de réguler. De se dire que ce n’est pas la fin (faim) du monde, que pendant que d’autres mangent leur dose de protéines quotidienne, nous on a dégusté et on a savouré!! Oui ! Parce qu’avec LSDP on se prend en main tout en se faisant du bien!
Et vous savez pourquoi?
Parce qu’on est EN VIE !!!
Parce qu’on respire, on bouge, on sort, on souffre, on « bluesit », on rit, on grandit.
OUI !! parce qu’on est en vie !!!!!!!!
Et ça les filles vous savez quoi? Ça c’est le bonheur !!

Alors on mange, on se fait plaisir, on ne culpabilise plus, et on sourit à la vie !
Et on regarde devant. Sans se retourner.
Non, plus jamais…

Tsaddelia Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

J’ai 10 ans…

J’ai 10 ans, et je ne laisserai jamais personne me dire que c’est le plus bel âge de la vie.
J’ai 11 ans et je souffre. Enfermée dans ma chambre. Quand je n’y suis pas punie, je m’y enferme moi-même. Ainsi soit-il.
J’ai 12 ans et j’échappe à ma vie en me perdant dans les livres. Mon monde est une fable que je m’invente. Je rêve ma vie. Pour survivre. Ne plus souffrir….
J’ai 13 ans et je me déteste. Autant que Toi. Je disparais dans tes yeux, je ne suis Rien. Je vois briller dans tes prunelles la lourdeur de mon corps qui s’enfonce jour après jour. Disparaitre à tes yeux et au monde. Ne plus te décevoir. Mais moi je t’aime !
J’ai 14 ans et je suis privée. Privée de rire, privée de mots, privée d’Amour…
J’ai 15 ans et je n’ai pas le choix. Que celui de me taire aux mots et aux maux. Me taire pour ne plus rien laisser sortir. Me taire, tout garder et grossir. Ouvrir la bouche seulement pour vomir….
J’ai 16 ans et elle me dit que ce n’est pas bien. Parce qu’elle me dit que je n’en ai pas besoin.Remballe les gâteaux,  remballe les douceurs,  remballe ton amour,  remballe tes moteurs, et apprends à avancer seule. Tu n’es rien. Tu n’existes pas. Donc tu ne mangeras pas.
J’ai 17 ans, fille à papa, fille de pute et de tout ça. Tu ne me le voleras pas celui là. Tu disparaitras. Maigre comme la pluie, qui tombe et disparait.
Disparais !
Disparaitre et suffoquer.
Telle est ma vie…
J’ai 18 ans maman !!!
J’ai 40 ans et je te hais !

Encore et en corps

Rahhhhhhhhhhh m’en sors plus !
J’ai l’art et la manière de tout remettre au lendemain, et de tout faire au dernier moment.
Ma vie est une catastrophe! Le supplice de Tantale vous connaissez? Bien sur que vous connaissez… Tout refaire, encore et encore.

Tout SAUF : prendre en main mon corps !
Tout mon corps ! Çà, plus jamais je ne recommencerai !
La pente LSDP est si douce que jamais je ne l’arrêterai 🙂
Du dedans : Salade de jeune pousse, Baies de Goji, brocolis, noix et avocat (détoxifiante pleine de vitamines!)
Et du dehors : Douche à la Grenade, gommage au miel, huile de Géranium d’Egypte.

Me voilà propre et douce pour finir mon roman, au chaud devant « Danse avec les stars » …
Moui… je me nettoie l’esprit aussi ! !!!!!!

Image issue du site : http://www.philameyrinch/b217.htm